Persécution et résistance des Témoins de Jéhovah

1914 -1918
Pendant la Première Guerre mondiale, le nombre croissant de chercheurs bibliques qui n'effectuent que le service sanitaire ou qui, de plus en plus, refusent complètement de faire leur service militaire, conduit à une surveillance par les services de l'État, à l'interdiction de leurs écrits auprès des militaires, à des procès et à des peines de prison. Au moins 41 étudiants de la Bible sont condamnés par des cours martiales pour objection de conscience et désobéissance militaire pour des motifs religieux.
1914 -1918
1918

Près de 4000 croyants se réclament de la communauté des Etudiants de la Bible dans le Reich allemand.

Avant la Première Guerre mondiale, le mouvement des Etudiants de la Bible, né aux Etats-Unis dans la seconde moitié du XIXe siècle et actif en Allemagne depuis la fin du XIXe siècle, n'a guère attiré l'attention des autorités. Leur organe "La Tour de Garde" paraissait en allemand depuis 1897, le bureau allemand de leur "Société de la Tour de Garde", fondée en 1881 aux Etats-Unis sous le nom de Société biblique et missionnaire, se trouvait à Elberfeld et plus tard à Barmen.
1918
1919
Après la fin de la guerre, le nombre d'étudiants bibliques professant la foi augmente et dépasse les 5 500 dans la République de Weimar. La Constitution de Weimar garantit la liberté de religion.
1919
1921

La "Centrale apologétique" est fondée à Berlin par le "Comité central pour la mission intérieure" de l'Église protestante allemande afin d'observer les autres mouvements religieux. Elle représente la ligne conservatrice et nationaliste des dirigeants de l'Eglise et agit contre le pluralisme religieux (John Conway). Les Etudiants de la Bible sont attaqués par la Centrale apologétique en tant que "secte".

Dans les années qui suivent, les milieux catholiques ainsi que les milieux völkisch, nationalistes radicaux et nationaux-socialistes (par exemple "Der Stürmer", décembre 1924) ne cessent d'attaquer les Etudiants de la Bible, les qualifiant entre autres de "judéo-bolcheviks". Les Etudiants bibliques internationaux deviennent un objet de haine pour les forces antidémocratiques et antipluralistes.
1921
1923
Le bureau allemand des Etudiants de la Bible est transféré à Magdebourg, dans la province prussienne de Saxe, une "maison de la Bible" avec sa propre imprimerie est construite, des écrits missionnaires sont imprimés et diffusés, parfois à des millions d'exemplaires.
1923
1926/27
La branche allemande de l'"Association internationale des Etudiants de la Bible" (IBV) compte plus de 22.000 membres et est enregistrée en tant qu'association.
1926/27
30 avril 1930
Le ministre prussien de l'Intérieur publie une circulaire selon laquelle la police prussienne ne doit pas agir contre les Etudiants de la Bible et leurs activités missionnaires, car il s'agit d'une association légale et purement religieuse et que les procès se sont toujours soldés par un acquittement.
30 avril 1930
26 juillet 1931
Les Etudiants bibliques internationaux se donnent le nom de "Témoins de Jéhovah". En Allemagne, ils restent connus pendant de nombreuses années sous le nom d'Etudiants (sérieux) de la Bible.
26 juillet 1931
18 novembre 1931
Décision de la direction de la police de Munich de confisquer et de mettre sous séquestre tous les imprimés de l'Association des chercheurs bibliques dans l'État libre de Bavière, ce dont se félicitent les instances ecclésiastiques. Le ministre de l'Intérieur catholique et conservateur est soutenu dans cette mesure par le NSDAP, par ailleurs dans l'opposition au gouvernement bavarois. Suite à une plainte des Etudiants de la Bible, la Cour suprême de Bavière déclare l'injonction légale.
18 novembre 1931
1932

Le chancelier Heinrich Brüning rejette les propositions des membres du groupe parlementaire de son parti centriste visant à lutter plus durement contre les aspirations "anticléricales".

Les Etudiants de la Bible gagnent des procès contre les saisies de leurs écrits dans d'autres pays allemands, notamment devant le tribunal administratif de Baden le 15 juin.

Jusqu'à la fin de la République, plusieurs milliers de procès concernant la liberté religieuse des Etudiants de la Bible ont lieu. Dans un grand nombre de cas (qui concernent le plus souvent la mission publique et la diffusion des écrits), les tribunaux allemands tranchent en faveur de la liberté de religion des Bibelforscher.
1932
30 janvier 1933

Adolf Hitler est nommé chancelier du Reich allemand.

A cette époque, la communauté des Témoins de Jéhovah en Allemagne compte environ 25.000 croyants déclarés, et l'on peut supposer qu'il existe un environnement de 10.000 croyants supplémentaires.
30 janvier 1933
28 février 1933
Le "décret du président du Reich pour la protection du peuple et de l'État" ("Reichstagsbrandverordnung") est promulgué. C'est sur cette base, qui rend largement caduque la Constitution du Reich de Weimar, que les interdictions de la communauté religieuse et de ses institutions dans les Länder allemands ont lieu dans les mois qui suivent. (La religion est une affaire de culte et donc de Länder).
28 février 1933
5 mars 1933

Les Témoins de Jéhovah refusent de participer aux élections du Reichstag et sont attaqués, harcelés et maltraités. Les mauvais traitements et les arrestations se multiplient au cours de l'année. Les Témoins de Jéhovah refusent de faire le "salut hitlérien" et d'adhérer à des organisations nazies comme les "Jeunesses hitlériennes".

Les premiers Témoins de Jéhovah sont déportés et maltraités dans les premiers camps de concentration.

5 mars 1933
7 avril 1933
"Loi sur le rétablissement de la fonction publique professionnelle", qui entraîne la perte de l'emploi et de l'existence économique des Témoins de Jéhovah qui travaillent dans la fonction publique. L'existence économique d'autres Témoins de Jéhovah est détruite dans les années qui suivent en raison de leur refus de faire le "salut hitlérien", de leur non-participation aux défilés nazis et de leur refus d'adhérer à des organisations nazies.
7 avril 1933
Avril 1933
Plusieurs Länder décrètent des interdictions de l'Association des Etudiants de la Bible sur la base du "Reichstagsbrandverordnung" (Mecklembourg 10.4., Bavière 13.4., Saxe 18.4., Hesse 19.4., Lippe et Thuringe 26.4.).
Avril 1933
24 avril 1933
Première occupation et perquisition de la Maison de la Bible (bureau allemand des Témoins de Jéhovah) à Magdebourg.
24 avril 1933
5 mai 1933
Le cardinal munichois Faulhaber remercie le nouveau gouvernement pour son action contre les "libres-penseurs" et les "spécialistes de la Bible". Des propos similaires ont été tenus du côté protestant.
5 mai 1933
Mai et juin 1933
Autres interdictions de l'Association des Etudiants de la Bible (Bade 15.5., Oldenbourg 17.5., Brunswick 19.5., Lübeck 6.6., Brême et Hambourg 28.6.)
Mai et juin 1933
9 juin 1933
Des représentants des ministères, de la Gestapo et des églises catholique et protestante se réunissent à Berlin pour discuter de l'interdiction des Etudiants de la Bible en Prusse. Des "mesures gouvernementales strictes" sont exigées. Jusqu'au milieu des années 1930, il y a "une véritable collusion entre les deux grandes Églises et l'État dans l'action contre certaines petites communautés religieuses" (Detlef Garbe).
9 juin 1933
24 juin 1933
Interdiction de l'Association des Etudiants de la Bible en Prusse, de loin le plus grand pays, où se trouve également le siège des Témoins de Jéhovah dans toute l'Allemagne. Cette interdiction signifie en fait une interdiction à l'échelle du Reich (qui sera prononcée a posteriori par voie administrative le 1er avril 1935) et entraîne la fin de toutes les activités officielles des Témoins de Jéhovah dans l'Allemagne nationale-socialiste.
24 juin 1933
25 juin 1933
Environ 7.000 Témoins de Jéhovah, qui ne sont pas encore au courant de l'interdiction, se rassemblent à Berlin-Wilmersdorf, où une "déclaration" est adressée au gouvernement allemand. Dans ce document, les dirigeants de la communauté religieuse soulignent leur pacifisme, leur attitude apolitique et leur liberté de croyance. Certaines formulations à connotation anti-juive, même en opposition avec leurs propres convictions, sont critiquées par les croyants présents comme une tentative d'adaptation au régime. Entre-temps, la recherche a pu dissiper de nombreux mythes concernant l'"explication" et l'événement. Le gouvernement national-socialiste considère la "déclaration" comme un acte hostile et intensifie la persécution.
25 juin 1933
28 juin 1933
Occupation définitive de la maison de la Bible et de l'imprimerie de la Tour de Garde à Magdebourg par les SA.
28 juin 1933
1er juillet 1933

Hambourg introduit un appel au drapeau matinal dans les écoles, d'autres pays rendent également obligatoires, entre autres, les commémorations, les défilés, le salut au drapeau, le chant de l'hymne national et du chant de Horst Wessel dans les écoles. Ainsi, pour les enfants et les jeunes issus des rangs des Témoins de Jéhovah, aller à l'école devient un supplice et un cas de conscience quotidien. C'est surtout à partir de 1936 que de nombreux retraits de l'autorité parentale ont lieu, les enfants sont retirés à leurs parents considérés comme "ennemis de l'État".

Jusqu'en 1945, la tyrannie nationale-socialiste arrache au total environ 600 enfants de Témoins de Jéhovah à leurs parents et les confie à des familles d'accueil ou les déporte dans des maisons de correction.
1er juillet 1933
1er février 1934
Le Wurtemberg est le dernier pays à interdire les Etudiants de la Bible. Leur mission y était interdite depuis le 14.6.1933, mais les réunions religieuses restaient autorisées.
1er février 1934
7-9 septembre 1934
Environ 1.000 Témoins de Jéhovah allemands parviennent à assister à une réunion internationale de la communauté religieuse à Bâle, où une stratégie clandestine pour les croyants dans l'Allemagne nationale-socialiste est discutée avec la direction américaine.
7-9 septembre 1934
7 octobre 1934
En Allemagne et dans le monde entier, les communautés de Témoins de Jéhovah envoient environ 20.000 télégrammes et lettres de protestation au gouvernement du Reich. On peut y lire un extrait "Il y a une contradiction directe entre votre loi et la loi de Dieu. Nous suivons le conseil des apôtres fidèles et devons obéir à Dieu plus qu'aux hommes, et c'est ce que nous ferons". Le télégramme contient le message suivant en plusieurs langues : "Votre mauvais traitement des Témoins de Jéhovah révolte tous les hommes de bien et déshonore le nom de Dieu. Cessez de persécuter les Témoins de Jéhovah, sinon Dieu vous détruira, vous et votre parti national". Selon des témoignages ultérieurs, Hitler aurait perçu ces lettres de protestation et menacé les chercheurs bibliques d'"extermination".
7 octobre 1934
9 janvier 1935
Après que plusieurs Témoins de Jéhovah masculins ont été ou sont encore détenus dans des camps de concentration, il est prouvé que c'est la première fois qu'une femme Témoin de Jéhovah est incarcérée dans un camp de concentration.
9 janvier 1935
juin 1936
La Gestapo forme un commando spécial pour persécuter les Etudiants de la Bible.
juin 1936
Août/septembre 1936

Une vague d'arrestations conduit à l'emprisonnement de la quasi-totalité des dirigeants des Témoins de Jéhovah allemands (notamment à l'étang aux poissons rouges de Berlin le 22 août). Beaucoup sont interrogés sous la torture. Jusqu'au milieu de l'année 1937, 17 des Témoins de Jéhovah emprisonnés meurent lors d'interrogatoires ou en prison.

De plus en plus souvent, les Témoins de Jéhovah font l'objet de procès de masse devant des tribunaux spéciaux dans toutes les régions du Reich, qui aboutissent souvent à des amendes lors de la première arrestation, et à des peines de prison en cas de récidive, suivies dans de nombreux cas de l'incarcération en camp de concentration.
Août/septembre 1936
4-7 septembre 1936
Un congrès des Témoins de Jéhovah à Lucerne, surveillé par des agents de la Gestapo, dénonce la persécution des coreligionnaires sous le régime national-socialiste et adopte une "résolution" à ce sujet.
4-7 septembre 1936
12 décembre 1936
La "résolution" de Lucerne condamnant la persécution nazie est distribuée sous forme de tract dans tout le territoire du Reich dans le cadre d'une action organisée clandestinement. Les historiens estiment qu'environ 100.000 tracts ont été diffusés, ce qui fait de cette action l'un des plus grands actes de protestation publique sous la dictature nazie. La "contre-attaque" de la Gestapo a pour conséquence des milliers d'arrestations. De plus en plus, les Témoins de Jéhovah prennent la direction des activités clandestines. Dans certains endroits, la "résolution" sera également distribuée ultérieurement.
12 décembre 1936
Décembre 1936
Des femmes Témoins de Jéhovah du camp de concentration de Moringen refusent d'effectuer des travaux pour le Secours d'hiver et sont punies pendant des mois par l'interdiction d'écrire et l'isolement.
Décembre 1936
22 avril 1937
Décret de la police secrète d'État selon lequel "tous les partisans de l'IBV qui sont libérés des prisons après la fin de leur détention pénale [...] doivent être immédiatement placés en détention préventive". Le "transfert vers un camp de concentration" devient la règle. Dans de nombreux camps de concentration, les Témoins de Jéhovah représentent 10 % des détenus à cette époque, et même plus de 80 % au camp de concentration pour femmes de Moringen en decembre. Avec l'extension des camps de concentration et l'augmentation considérable du nombre de détenus pendant la Seconde Guerre mondiale, le pourcentage de Témoins de Jéhovah diminue.
22 avril 1937
20 juin 1937

Un deuxième tract de protestation, la "Lettre ouverte", rédigée à la Maison biblique des Témoins de Jéhovah à Berne sur la base de rapports de persécution introduits clandestinement en Suisse depuis l'Allemagne, est distribué à des dizaines de milliers d'exemplaires. Une campagne encore plus importante n'est pas possible, car les tracts ne passent plus la frontière allemande. La "Lettre ouverte" condamne la "barbarie dans un pays de la 'chrétienté'" et nomme les crimes nazis et leurs auteurs.

Une deuxième grande vague d'arrestations qui suit cette action conduit à l'automne à l'impossibilité pour les Témoins de Jéhovah de mettre en place une organisation clandestine couvrant l'ensemble du territoire du Reich allemand. Mais des liens continuent d'exister entre de nombreux réseaux locaux de la communauté.
20 juin 1937
1938

Les éditions Europa-Verlag d'Emil Oprecht, qui publient surtout de la littérature allemande sur l'exil, publient à Zurich le livre "Kreuzzug gegen das Christentum : Moderne Christenverfolgung. Eine Dokumentensammlung", rédigé par le germano-américain Martin Christian Harbeck, directeur du bureau d'Europe centrale des Témoins de Jéhovah à Berne, à partir de rapports sortis clandestinement d'Allemagne par des personnes persécutées. C'est son adjoint suisse Franz Zürcher qui fait office d'éditeur nominal.

Le livre attire l'attention de la presse et reçoit le soutien de Thomas Mann, qui écrit à Harbeck : "J'ai lu avec la plus grande émotion votre livre si horriblement documenté, et je ne peux décrire le mélange de mépris et de dégoût qui m'a rempli en feuilletant ces documents de bassesse humaine et de cruauté pitoyable. [...] en tout cas, vous avez fait votre devoir en vous présentant au public avec ce livre, et il me semble qu'il ne peut y avoir d'appel plus fort à la conscience mondiale ".

1938
1938

Les Témoins de Jéhovah détenus dans les camps de concentration reçoivent uniformément un "angle violet" comme insigne de détenu, après que différents insignes aient été utilisés pour les stigmatiser depuis 1936.

Dans les régions d'Europe dominées par le nazisme, les Témoins de Jéhovah reçoivent parfois d'autres signes distinctifs pendant la Seconde Guerre mondiale, comme le "coin rouge" des prisonniers politiques, lorsque leur appartenance à un groupe est mal enregistrée.

1938
6 octobre 1938
Des femmes Témoins de Jéhovah du camp de concentration de Lichtenburg sont cruellement punies pour avoir refusé d'écouter un discours radiophonique d'Hitler.
6 octobre 1938
21 décembre 1938

Les "déclarations d'engagement" utilisées depuis 1935 par les Témoins de Jéhovah et depuis fin 1937 également par les femmes Témoins de Jéhovah sont uniformisées sur ordre de Heinrich Himmler. Depuis 1937, l'imposition d'une détention dans un camp de concentration après avoir purgé une peine de prison régulière était subordonnée à la signature d'une telle "déclaration".

Alors que les anciennes déclarations, formulées de différentes manières et souvent simplement liées à un aveu de culpabilité, étaient signées par environ 10 % des Témoins de Jéhovah dans les camps de concentration et jusqu'à 50 % dans les prisons, la plupart du temps sans effet sur leur nouvelle activité clandestine en tant que Témoins de Jéhovah après leur libération, la "déclaration" unifiée n'est plus signée par la plupart des Témoins de Jéhovah.

La foi des Témoins de Jéhovah y est qualifiée d'"hérésie" et l'association des Etudiants de la Bible est accusée de poursuivre des "objectifs hostiles à l'Etat" sous "le couvert d'activités religieuses". En le signant, on déclare : "Je me suis donc totalement détourné de cette organisation et je me suis également libéré intérieurement de l'enseignement de cette secte". La "Déclaration" oblige à dénoncer les autres Etudiants de la Bible et à s'intégrer dans la "communauté du peuple".

21 décembre 1938
1939
La terreur ciblée des SS contre les Témoins de Jéhovah dans les camps de concentration s'intensifie en 1939/40, le taux de mortalité augmente fortement.
1939
15 septembre 1939

Le Témoin de Jéhovah August Dickmann est le premier objecteur de conscience à être abattu devant les autres détenus du camp de concentration de Sachsenhausen. L'exécution est rendue publique par le régime nazi, le "New York Times" en fait état le 17 septembre. à ce sujet.

Depuis le début de la guerre, l'objection de conscience est punie de mort. Jusqu'en 1945, 282 Témoins de Jéhovah sont exécutés pour objection de conscience. 55 autres objecteurs de conscience trouvent la mort en détention ou dans des unités pénales.
15 septembre 1939
25 novembre 1939
Le "décret complétant les dispositions pénales pour la protection de la force défensive du peuple allemand" est promulgué et remplace le "décret sur les incendies du Reichstag" du 28.2.1933 dans les procédures juridiques contre les Témoins de Jéhovah. L'opinion devient également punissable, et pas seulement l'activité, avec une aggravation de la peine.
25 novembre 1939
19 décembre 1939
Environ 400 femmes Témoins de Jéhovah participent à une action de protestation au camp de concentration de Ravensbrück en refusant de coudre des sacs destinés à la Wehrmacht. Des jours et parfois des semaines de punitions cruelles ne parviennent pas à briser la résistance des femmes.
19 décembre 1939
1942
La situation s'améliore dans les camps de concentration pour les femmes Témoins de Jéhovah qui sont employées comme aides dans les foyers des SS. Nombre d'entre eux sont détenus depuis des années.
1942
6 mars 1944
Le directeur du "Centre de recherche sur l'hygiène raciale et la biologie de la population" de l'Office de la santé du Reich, Robert Ritter, qui avait auparavant préparé le génocide des Sinti et des Roms par ses expertises, annonce des recherches sur les "origines claniques" des femmes Témoins de Jéhovah dans le camp de concentration de Ravensbrück. Cette biologisation de la foi et de la résistance des Témoins de Jéhovah, qui pourrait déboucher sur une extermination systématique, n'est cependant pas réalisée.
6 mars 1944
9 juin 1944
En dehors des camps, des femmes Témoins de Jéhovah sont régulièrement condamnées à la réclusion ou exécutées pour "démoralisation" - comme ce jour-là, à la prison de Berlin-Plötzensee, Emmy Zehden, qui avait apporté son aide à des objecteurs de conscience.
9 juin 1944
1945

Libération des camps de concentration et fin de la tyrannie nazie.

Dans toute l'Europe, environ 1.700 Témoins de Jéhovah ont été victimes de la terreur nazie, 4.200 ont été emprisonnés dans des camps de concentration, et au total environ 14.000 ont été persécutés.

1945
9 septembre 1945
L'"Association internationale des Etudiants de la Bible" se fait à nouveau inscrire au registre des associations à Magdebourg et reprend ses activités.
9 septembre 1945
24 juillet 1947
L'administration militaire soviétique en Allemagne confirme l'enregistrement officiel des Témoins de Jéhovah. Peu après, les autorités soviétiques refusent aux Témoins de Jéhovah d'organiser un congrès à Leipzig (27-29 août).
24 juillet 1947
22 septembre 1948
Le SED commence à surveiller les Témoins de Jéhovah sur le territoire de la zone d'occupation soviétique (SBZ) par l'intermédiaire des comités régionaux du SED et du vice-président de l'administration allemande de l'intérieur, Erich Mielke.
22 septembre 1948
23 mai 1949
Promulgation de la Loi fondamentale pour la République fédérale d'Allemagne. Elle garantit la liberté de conscience et de croyance et, à l'article 4, paragraphe 3, le droit à l'objection de conscience. Comme le montrent les procès-verbaux du Conseil parlementaire, ce droit a été expressément inscrit dans la Loi fondamentale en référence aux martyrs de la foi chrétienne issus des rangs des Témoins de Jéhovah.
23 mai 1949
13 septembre 1949
Le Politburo du SED décide de lutter contre les Témoins de Jéhovah et d'autres groupes qualifiés de "sectes".
13 septembre 1949
7 octobre 1949
Création de la RDA. Les actions dirigées contre les Témoins de Jéhovah se multiplient à tous les niveaux.
7 octobre 1949
30 août 1950

Attaque de la maison de la Bible à Magdebourg, confiscation des biens de la communauté religieuse. Début d'une vague d'arrestations qui touche au moins 300 Témoins de Jéhovah en RDA. Certains d'entre eux meurent en détention.

Près de 700 victimes du nazisme sont à nouveau poursuivies dans la zone soviétique ou en RDA. Au total, 65 Témoins de Jéhovah meurent de la persécution en RDA
30 août 1950
31 août 1950
Interdiction des Témoins de Jéhovah par le ministre de l'Intérieur de la RDA, Steinhoff.
31 août 1950
4 octobre 1950
Lors du procès-spectacle devant la Cour suprême de la RDA contre neuf Témoins de Jéhovah de premier plan, des peines allant de 8 à 15 ans de prison, voire la prison à vie, sont prononcées. De nombreux autres processus suivront dans les mois à venir.
4 octobre 1950
1er et 8 avril 1951
Dans le cadre de l'"Opération Nord", quelque 9 800 Témoins de Jéhovah d'Ukraine, de Biélorussie, des républiques baltes et de Moldavie sont déportés en Sibérie par le ministère de la Sécurité d'État de l'URSS. Il s'agit d'une grande partie des Témoins de Jéhovah soviétiques, qui vivent principalement dans les régions occidentales du territoire de l'Union soviétique, élargi à la fin de la Seconde Guerre mondiale. La déportation, qui s'est déroulée dans des conditions atroces, a également eu pour effet de propager leur foi dans d'autres parties de l'Union soviétique via le système des camps sibériens.
1er et 8 avril 1951
20 et 21 décembre 1958
Intrusion commanditée par le ministère de la Sécurité d'État de la RDA (MfS) dans le bureau des Témoins de Jéhovah à Berlin-Ouest, afin de se procurer des informations sur les croyants en RDA.
20 et 21 décembre 1958
6 mars 1963

Le MfS lance l'opération "Sumpf" (marais) afin de démanteler et d'arrêter toute la direction clandestine des Témoins de Jéhovah en RDA.

Déjà auparavant, de nombreuses opérations du MfS visant à infiltrer les communautés des Témoins de Jéhovah sont lancées, en plus d'une répression ouverte. Parallèlement, le MfS alimente les médias ouest-allemands en fausses informations sur les Témoins de Jéhovah, souvent aussi sur la persécution nazie, qu'il s'agit de minimiser ou de nier.

6 mars 1963
15 novembre 1964
Arrestation de 142 Témoins de Jéhovah en RDA pour avoir refusé d'effectuer le service militaire nouvellement introduit.
15 novembre 1964
7 mars 1968
En République fédérale d'Allemagne, la Cour constitutionnelle fédérale déclare inadmissible la "double peine" infligée aux Témoins de Jéhovah qui sont des objecteurs de conscience reconnus et qui refusent le service civil de remplacement pour des raisons de conscience.
7 mars 1968
1985

Les objecteurs de conscience ne sont plus punis en RDA pour refus de servir dans l'armée.

De nombreux inconvénients, tels que la non-admission aux études ou à une formation professionnelle, subsistent.
1985
14 mars 1990
Reconnaissance de la communauté religieuse des Témoins de Jéhovah en RDA. Plus de 5.000 Témoins de Jéhovah avaient été emprisonnés en RDA.
14 mars 1990
27 mars 1991
Les Témoins de Jéhovah sont reconnus légalement en Union soviétique.
27 mars 1991
11 décembre 1992
Les Témoins de Jéhovah sont reconnus légalement dans la Fédération de Russie.
11 décembre 1992
6 avril 1994
Le génocide des Tutsis au Rwanda commence et conduit à l'assassinat de jusqu'à un million de personnes en l'espace d'une centaine de jours. Les Témoins de Jéhovah refusent toute participation au génocide. Parmi les personnes assassinées, on compte environ 400 Témoins de Jéhovah - des Tutsis victimes du génocide et des Hutus qui ont aidé et caché des Tutsis ou qui ont refusé de participer aux massacres.
6 avril 1994
Mars 1996
Les Témoins de Jéhovah sont entièrement réhabilités en tant que victimes de la répression politique dans la Fédération de Russie.
Mars 1996
10 juin 2010
La Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) décide que la dissolution des communautés de Témoins de Jéhovah en Russie constitue une violation des droits de l'homme.
10 juin 2010
20 avril 2017
La Cour suprême de la Fédération de Russie criminalise les activités des Témoins de Jéhovah sur la base d'une nouvelle "loi sur l'extrémisme" de la Russie.
20 avril 2017
25 mai 2017
Dennis Christensen, citoyen danois, est arrêté et devient le premier d'une longue série de Témoins de Jéhovah à être emprisonné pendant plusieurs années dans la Fédération de Russie. Il passe par plusieurs prisons et colonies pénitentiaires.
25 mai 2017
17 juillet 2017
La Cour d'appel de la Cour suprême de la Fédération de Russie confirme la décision du 20 avril. Les Témoins de Jéhovah sont ainsi pratiquement interdits en Russie.
17 juillet 2017
24 mai 2022

Dennis Christensen est libéré et expulsé vers le Danemark.

A cette date, 91 autres Témoins de Jéhovah, hommes et femmes, sont détenus dans les prisons russes pour des motifs liés à leur foi.

De nombreux cas de torture et de mauvais traitements infligés à des Témoins de Jéhovah dans les prisons et par les autorités russes depuis 2018 sont attestés et critiqués par les organisations de défense des droits de l'homme et la communauté internationale.

24 mai 2022
7 juin 2022
La CEDH se prononce dans 20 affaires impliquant plus de 1.400 requérants contre la Fédération de Russie et en faveur des Témoins de Jéhovah. Selon le jugement, l'interdiction des Témoins de Jéhovah en Russie en 2017 était illégale. La Russie est invitée à abandonner toutes les poursuites pénales en cours contre les Témoins de Jéhovah, à libérer tous les Témoins de Jéhovah emprisonnés et à verser des indemnités. Dans les motifs de l'arrêt, la CEDH réfute également en détail l'affirmation de la Russie selon laquelle les activités, les croyances et les publications des Témoins de Jéhovah sont extrémistes.
7 juin 2022
11 juin 2022
Le président Vladimir Poutine signe deux projets de loi par lesquels la Russie se soustrait à la juridiction de la CEDH à compter du 15 mars 2022.
11 juin 2022

Compilé par Dr. Tim Müller